Séances d’Hypnose Youtube

Je vous propose des séquences vidéos thématiques et gratuites, afin de vous offrir un maximum d’outils visant à vous accompagner dans votre démarche de développement personnel. Ces séquences ne peuvent se substituer à des séances d’Hypnose personnalisées en cabinet. Au plaisir de vous retrouver.

Abandonner les peurs

Actualités Facebook

Sujet central de notre formation en Hypnose spirituelle de l’IHM-Nord.

L’éternité et la conscience, les scénarios possibles

Considérer la réincarnation nous pousse inévitablement à chercher à comprendre ce qui reviendrait de vie en vie : âme, esprit, conscience ? Agglomérat de tendances ? Loi de cause à effet ?

« L’âme de l’homme est comme l’eau : elle vient du ciel, vers le ciel elle remonte, puis elle revient sur terre, en un va-et-vient incessant », illustre Goethe dans son poème Le Chant des esprits sur les eaux. L’étude de l’hypothèse de la réincarnation nous amène inévitablement à nous poser une question des plus profondes. Si c’était vrai, qu’est-ce qui se réincarnerait ? Au final, qu’est-ce qui impulserait un mouvement de vie en vie ? Bien que légitime, cette requête est audacieuse, périlleuse même.

En effet, face au mystère de la mort, du possible maintien d’une intentionnalité individuelle dans un au-delà et de la potentielle existence d’une conscience cosmique, il convient de rester humble. « Nous avons un langage et des concepts extrêmement grossiers pour parler d’un phénomène qui ne peut être réduit à aucune de ces notions », soutient Trinlay Tulku, maître bouddhiste.

« Penser subtilement sur le subtil exige une tension trop grande pour nos intellects rudimentaires », surenchérit le philosophe indien Sri Aurobindo dans Renaissance et karma. De plus, « notre vision de la réincarnation peut changer au fur et à mesure que nous expérimentons différents niveaux de conscience », expose le psychiatre Stanislav Grof. En état élargi de conscience, notre perception du phénomène pourrait être bien différente qu’en état de conscience ordinaire. Avançons alors avec prudence… avançons tout de même. Il est noble de chercher à comprendre et de nombreux explorateurs sont passés par là avant nous. Ainsi, trois scénarios majeurs semblent se dégager de la littérature sur la réincarnation : dans le premier, une âme ou un esprit passe d’un corps à l’autre ; dans le deuxième, certains traits psychiques seulement sont transmis de vie en vie ; enfin, dans le troisième, rien ne passe d’une existence à l’autre, juste une continuité d’actions.

1er scénario : Une âme passe d’un corps à l’autre

Dans sa version la plus commune, l’hypothèse de la réincarnation concerne le périple d’une âme ou d’un esprit, donc d’une entité psychique individualisée qui serait une émanation d’une conscience primordiale, universelle, immuable. Cette âme peut se lire à deux niveaux. Soit elle est comprise comme relevant d’un plan ultime, inchangé et inchangeable, soit elle est vue comme une entité psychique qui va évoluer au fil de vies successives. Il conviendrait de donner deux noms distincts à ces aspects différenciés de l’âme, mais notre langage est démuni devant de tels concepts. La tradition hindoue, plus équipée, décrit l’âme dans son aspect éternel, l’ãtman, et dans son aspect individualisé, le jivãtman. Ainsi, la Bhagavad-Gita, texte fondamental de l’hindouisme, indique d’un côté que : « Les corps finissent, l’âme qui s’y enveloppe est éternelle, indestructible, infinie. [...] Pour cette âme jamais de naissance, jamais de mort. »

Et les experts précisent de l’autre que ce qui passe de vie en vie, ce sont aussi les vãsanã, c’est-à-dire les imprégnations des vies passées. Du point de vue individuel, l’âme transporte alors avec elle ses souvenirs, ses tendances, qui évoluent en bien ou en mal. Elle doit ainsi négocier ses mouvements avec son karma – somme des conséquences de ses actions passées –, et grandit au fil de ses réincarnations, au travers de ses joies et de ses épreuves. Généralement, il est pensé qu’elle doit se « libérer » de ce cycle afin de retourner dans la conscience cosmique. Certaines âmes pourraient alors être plus anciennes, d’autres plus jeunes. Certaines viendraient un nombre incalculable de fois, d’autres une seule fois, certaines peut-être jamais. D’autres encore tisseraient des liens et se suivraient en formant des « familles d’âmes ». Cette vision d’une âme qui évolue de vie en vie est, de loin, la notion la plus connue et la plus populaire.
Entre karma et libre arbitre

Issue de l’hindouisme, cette notion a fait le tour de la planète. Le karma serait une loi de cause à effet qui nous mettrait face aux conséquences de nos actions passées, vies antérieures incluses. Les experts indiquent que nous garderions toujours notre libre arbitre. Nous aurions à tout moment la possibilité d’orienter notre devenir et de faire des choix conscients.

2ème scénario : Seuls des traits psychiques se transmettent

« Je ne suis pas sûr qu’il y ait besoin qu’une sorte d’âme rebondisse d’une vie à l’autre. Il est probable que cela soit plus complexe que ça », déclare le Dr Jim Tucker, psychiatre. Dans cette version intermédiaire, on considère que quelque chose de plus ou moins organisé au niveau énergétique et psychique passe le mur de la mort, mais ce n’est pas nécessairement toujours le même ensemble. Si bien qu’il n’y aurait pas d’âme durable en tant que telle. Il est plutôt question d’un agglomérat de tendances, une sorte de personnalité évolutive, dont la cohérence pourrait perdurer un certain temps, se disloquer partiellement ou entièrement. Cela voudrait dire que cette personnalité pourrait se séparer en plusieurs parties qui s’incarneraient dans différents corps, ou inversement plusieurs morceaux disparates pourraient se regrouper dans un même corps. « Il peut donc se faire que dans un corps reviennent plusieurs âmes. [...] Cela bouscule nos idées a priori sur l’unicité et l’impénétrabilité de notre moi », souligne le psychiatre Jean-Pierre Schnetzler dans De la mort à la vie. Pas de définition d’une notion d’âme, donc, ni d’un devenir cosmique pour cette version plus neutre spirituellement. Elle part du constat que des amas psychiques conscients passent de vie en vie sans chercher à leur attribuer un sens précis. Ces accrétions cohérentes mais temporaires pourraient apparaître et disparaître sans fin, tant qu’il y a un monde.

3ème scénario : Seule la loi de cause à effet produit une continuité

Dans cette version radicale, plus particulièrement portée par les bouddhistes, il est juste question des conséquences d’actions psychiques dans le temps. Tout comme un domino qui tombe pousse le domino suivant, nos actions ont des répercussions dans le futur. Tout comme les deux dominos n’ont rien à voir l’un avec l’autre, les répercussions de nos actions ne sont pas nous. Si bien que s’il y a effectivement des liens de cause à effet psychiques entre deux vies, il n’est pas besoin d’avoir recours ni à l’existence d’une âme, ni à celle d’un agglomérat conscient temporaire pour les expliquer. Il est dans ce cas plutôt question d’un flux de conscience constamment renouvelé.

« Il y a perpétuation d’une fonction, pas d’une entité concrète. [...] On pourrait comparer cette fonction à une onde, ou à la houle qui se propage sans que la masse de l’eau ne voyage avec elle. Rien ne renaît, il y a simplement des répercussions d’actes, de paroles et de pensées qui modifient les paramètres de cette onde qu’est la conscience », énonce le maître bouddhiste Matthieu Ricard dans Enquête sur la réincarnation de Patrice Van Eersel. « Dans le cadre du bouddhisme, l’esprit n’est pas une entité figée. C’est un phénomène dynamique. C’est une succession d’instants, de vécus et d’expériences », complète Trinlay Tulku. Ainsi, les bouddhistes ne nient pas que des informations passent de vie en vie – ils sont d’ailleurs paradoxalement ceux qui ont le mieux décrit le cycle des renaissances –, mais ils n’accordent pas la qualité d’entité individualisée à ce flux de conscience qui est pris dans un cycle illusoire de réincarnations.
Capter un champ informationnel

Certains chercheurs pensent que nous sommes capables de capter un champ informationnel. C’est ce qui se cache derrière la notion de « champ akashique » dans laquelle chaque conscience laisserait une trace, comme un podcast radio ou télé lancé dans l’univers. Le programme pourrait par la suite être capté par d’autres personnes. Sans nier que cela soit possible, les Drs Ian Stevenson et Jim Tucker signalent que cette explication ne suffit pas à éluder certains traits spécifiques à la réincarnation – qui serait une manifestation propre et distincte et non juste le résultat de perceptions extrasensorielles (voir Enquête sur la réincarnation). De plus, les souvenirs de « l’entre-deux-vies » laissent à penser qu’une cohérence psychique serait maintenue au-delà de la mort.

#Conscience #reincarnation #hypnosespirituelle #ihmnord
... Voir plusVoir moins

Voir sur Facebook

Copyright © 2019 - Tous droits réservés - Création : Agence SYGN

Aenean Phasellus amet, mattis luctus non dictum ante. elit. leo